Naviguez notre contenu en français :

Accueil / Rapports de recherche / Données et informations / Documents de référence sur des questions ou défis / Publications et présentations / Commanditaires / Intentions / Contactez-nous

Population : 1 400 685
Nombre d’écoles (M-12) : 489 *
Nombre d’élèves (M-12) : ~107 000 *

Nombre de programmes d’apprentissage en ligne (M-12) : 5
Nombre d’élèves en apprentissage en ligne (M-12) : 2 500

* fait référence à ceux qui déclarent un rôle nominal directement à Services aux Autochtones Canada

Notez que ces profils sont tirés de la dernière édition du rapport. Veuillez consulter les profils annuels supplémentaires ci-dessous.

Gouvernance et réglementation

Au cours des quatre dernières années scolaires, Services aux Autochtones Canada (SAC) ont collaboré avec l’Assemblée des Premières Nations (APN) en réponse à la résolution no 16/2016 adoptée par le Comité des Chefs sur l’éducation (CCE), qui a demandé au gouvernement du Canada de s’engager dans un processus honorable destiné à formuler des recommandations pour réformer l’éducation des Premières Nations. Le gouvernement du Canada a répondu à la résolution en s’associant aux Premières Nations pour concevoir et mettre en œuvre un processus d’engagement inclusif visant à élaborer des recommandations pour renforcer la réussite des élèves des Premières Nations (voir : Transformation de l’éducation des Premières Nations: Mobilisation 2016-2018). Ce processus d’engagement a abouti à une annonce au cours de l’année scolaire 2018-2019 qu’un nouveau programme d’enseignement primaire et secondaire serait mis en œuvre pour l’exercice fiscal de 2019-2020 (c’est-à-dire à compter du 1er avril 2019).

La nouvelle approche de financement pour l’éducation des Premières Nations de la maternelle au secondaire a remplacé les programmes désuets fondés sur les propositions et offre aux élèves des Premières Nations vivant dans les réserves des allocations de financement comparables à ce que reçoivent les élèves des écoles provinciales. Les formules seront mises à jour chaque année pour tenir compte de la croissance de la population étudiante et des considérations telles que les salaires et avantages sociaux des enseignants, l’éloignement et la taille de l’école. Conformément à la proposition de politique approuvée par l’Assemblée des Premières Nations, en plus de ce financement de base, le SAC offrira également des améliorations de financement qui répondent aux besoins particuliers des étudiants des Premières Nations. Ce financement supplémentaire comprend un investissement annuel de 1 500 $ par élève pour appuyer les programmes linguistiques et culturels des Premières Nations. Il comprend aussi de nouvelles ressources pour appuyer la maternelle à temps plein dans les écoles des Premières Nations pour les enfants de 4 et 5 ans, peu importe la façon dont la maternelle est offerte dans le système d’éducation provincial respectif. Finalement, il comprend des dispositions de financement plus prévisible de l’éducation spéciale et moins centré sur la présentation de demandes, au-delà des niveaux de financement comparables dans les systèmes d’éducation provinciaux. De plus, SAC travaillent en partenariat avec les Premières Nations pour élaborer des ententes régionales, locales ou fondées sur les traités qui répondent aux objectifs et aux priorités en matière d’éducation fixés par les Premières Nations. Ceux-ci seront élaborés conjointement au niveau régional par le biais de tables de discussion afin de refléter les besoins et les priorités des Premières Nations.

Il convient de noter que le ministère, anciennement appelé AANC, est maintenant divisé en deux : le ministère des Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord Canada (RCAANC) et le ministère des Services aux Autochtones Canada (SAC). Le SAC héberge maintenant les services clés des Premières Nations tels que les opérations régionales, Réforme des services à l’enfance et à la famille, Politique stratégique et partenariats, Direction de la santé des Premières Nations et des Inuit, Terres et développement économique, Éducation ainsi que Développement social, Programmes et Partenariats. Cette structure est conçue pour positionner les programmes et services afin de collaborer, développer et fournir des approches holistiques aux services sociaux, de santé et d’infrastructure aux partenaires autochtones de manière plus efficace. Les deux ministères continuent d’être responsables du respect des obligations et engagements juridiques du gouvernement du Canada envers les peuples autochtones (Premières Nations, Métis et Inuit) et de s’acquitter des responsabilités constitutionnelles du gouvernement fédéral dans le Nord.

Programmes d’apprentissage en ligne (M–12)

Les écoles administrées par les Premières Nations soumettent des données aux SAC afin que leur financement reflète le contexte local avec des indicateurs tels que :

  • l’éducation à distance;
  • l’éducation à domicile (en ligne); et
  • l’éducation virtuelle (Internet).

Cependant, dans le cadre de la transformation de l’éducation des Premières Nations et afin de refléter le principe du contrôle des Premières Nations sur l’éducation des Premières Nations, SAC respectent le fait que le partage des données est une décision des Premières Nations et, par conséquent, n’a pas fourni de données au niveau des programmes pour l’année scolaire 2018-2019.

À l’heure actuelle, quatre programmes d’enseignement à distance ou en ligne de la maternelle à la 12e année sont désignés comme programmes destinés aux Premières Nations, aux Métis et/ou aux Inuit pour l’année scolaire 2019-2019; Keewaytinook Internet High School, Wahsa Distance Education (Ontario), Wapaskwa Virtual Collegiate (Manitoba), and SCcyber E-learning Community (Alberta). On estime que ces programmes ont un nombre d’inscriptions combiné d’environ 2 000 élèves.

Programmes d’apprentissage mixte ou hybride (M-12)

Pour des fins de financement, SAC conservent des indicateurs liés à l’apprentissage mixte ou hybride :

  • l’enseignement en classe et à distance; et
  • l’enseignement en classe et virtuel (Internet).

Cependant, comme SAC ne fournissent plus de données sur ces indicateurs, AANC nous a communiqué les données les plus récentes au cours de l’année scolaire 2016-2017. Soit 201 élèves inscrits à des cours mixtes (enseignement en classe et à distance) et 331 élèves inscrits à des cours mixtes (enseignement en classe et virtuel[Internet]), ou à ce titre, il y avait un total de 532 élèves engagés dans l’apprentissage mixte ou hybride.

Profils provinciaux précédents

Historique de l’apprentissage en ligne (M-12)

L’histoire de l’apprentissage en ligne de la maternelle à la 12e année, axée spécifiquement sur les populations des Premières nations, des Métis et des Inuits (PNMI), est inextricablement liée aux développements au niveau provincial. Par exemple, reconnaissant le besoin d’une option secondaire communautaire qui aiderait à résoudre les problèmes auxquels les élèves ont dû faire face lorsqu’ils ont dû quitter leur communauté, parfois dès l’âge de treize ans, le Keewaytinook Okimakanak – un conseil de chefs la Nation Nishnawbe Aski territoire dans le Nord-Ouest de l’Ontario – a créé le Keewaytinook Internet High School (KiHS) en tant que projet pilote en 1999. Initialement, le projet mettait l’accent sur l’offre de cours en 9e et 10e années, mais en 2006, il a élargi son offre pour inclure les 9e à 12e années menant à un diplôme d’études secondaires de l’Ontario. Le programme fonctionne actuellement comme une école secondaire privée réglementée dans la province.

En 2000, la Communauté de cyberapprentissage Sunchild (maintenant SCcyber E-learning Community) a été établie en Alberta pour tenter de remédier aux faibles taux de diplomation des étudiants autochtones. De même, en 2004, le Grand conseil de Prince Albert en Saskatchewan a exprimé une préoccupation semblable et créé Credenda Virtual High School et College (qui deviendra éventuellement un organisme de bienfaisance enregistré sans but lucratif pour les Premières nations et les Métis). Plus récemment, le Wapaskwa Virtual Collegiate a été établi par le Centre de ressources éducatives des Premières Nations du Manitoba en 2009 grâce à un financement dans le cadre du programme fédéral Nouveaux sentiers pour l’éducation. Enfin, selon le modèle de la communauté d’apprentissage en ligne SCcyber, le Conseil de gestion des aires autochtones de la péninsule du Niagara a créé le Gai honnya ni l’Institut d’apprentissage électronique Amos Key Jr. en tant qu’école secondaire privée réglementée en Ontario pour la période 2010-2011 de l’année scolaire (bien que ce programme ait cessé ses opérations vers 2014-15).

En 2013, Affaires autochtones et Développement du Nord Canada (maintenant Affaires autochtones et du Nord Canada) a pris la décision de ne plus conclure d’ententes de services directement avec les programmes d’apprentissage en ligne. Au lieu de cela, un financement serait accordé aux autorités régionales (c’est-à-dire aux Premières Nations) pour prendre des décisions sur la nature des possibilités d’éducation qui devraient être financées dans leur juridiction. Bien que ce changement ait eu peu d’impact sur les programmes d’apprentissage en ligne comme KiHS et Amos Key, qui ont été financés par le ministère de l’Éducation de l’Ontario, il a entraîné la fermeture de la Credenda Virtual High School en Saskatchewan après 13 années scolaires en raison d’un manque de financement.

De plus, en 2013, Éducation Manitoba a commencé à étudier des options pour appuyer la formation de collégiens virtuels auxquels seraient attribués des codes d’identification du ministère et capables d’offrir de la formation à distance dans toute la province. Le premier de ces collèges virtuels était le Wapaskwa Virtual Collegiate, après que Éducation Manitoba et le Centre de ressources éducatives des Premières Nations du Manitoba aient signé un protocole d’entente pour une collaboration pilote de trois ans débutant en 2014-2015.

Vignettes

  • On Site Mentors at KiHS (2017) [En anglais]
  • Gai Hon Nya Ni: Amos Key Jr. E-Learning Institute (2013) [En anglais]
  • Credenda Virtual High School and College (2013) [En anglais]
  • Keewaytinok Internet High School (2013) [En anglais]
  • SCcyber E-learning Community (2013) [En anglais]
  • Wapaskwa Virtual Collegiate (2013) [En anglais]
  • Credenda Virtual High School (2012) [En anglais]
  • Sunchild E-learning Community (2012) [En anglais]
  • Wapaskwa Virtual Collegiate (2010) [En anglais]
  • Credenda Virtual High School (2010) [En anglais]
  • Keewaytinok Internet High School (2009) [En anglais]

Documents de référence sur des questions ou défis

  • Issues Related to Funding FMNI Online Learning Programmes (2013) [En anglais]
  • The Use of ICTs and E-learning in Indigenous Education (2013) [En anglais]
  • First Nations High School Education on Canadian Reserves: An Alternative Approach (2013) [En anglais]
  • Keewaytinook Internet High School: Moving First Nation Students ahead with Technology in Ontario’s Remote North (2010) [En anglais]

Réponses au sondage

Programme Réponse la plus récente Modèle de livraison # des élèves # d’enseignants # de cours
Credenda Virtual High School (Saskatchewan)* 2012-13 En ligne 478 6 à temps plein
3 à temps partiel
32
Gai Hon Nya Ni: The Amos Key Jr. E-Learning Foundation/Institute (Ontario)** 2012-13 En ligne 75 4 à temps plein
2 à temps partiel
36
Keewaytinook Internet High School (Ontario)
www.kihs.knet.ca
2018-19 En ligne 240 21 à temps plein 75
SCcyber E-learning Community (Alberta)
www.sccyber.net
2017-18 En ligne 300 1 à temps plein
7 à temps partiel
100+
Wapaskwa Virtual Collegiate (Manitoba)
www.wapaskwa.ca
2017-18 En ligne 646 1 à temps plein
7 à temps plein
37

* Credenda Virtual High School a cessé ses activités après l’année scolaire 2012-13.
** Gai Hon Nya Ni: La Fondation / Institut E-Learning d’Amos Key Jr. a cessé ses activités vers 2014-15.

Les programmes d’apprentissage électronique qui souhaitent inscrire un profil ou mettre à jour leurs réponses au sondage annuel sont invités à consulter la page  sur  le sondage des programmes individuels.

Interprovincial et international

AADNC exige que les cours en ligne soient enseignés par un enseignant certifié provincial et territorial et que les programmes en ligne soient accrédités par la province ou le territoire où ils se trouvent pour être admissibles aux étudiants des Premières nations. AADNC n’a aucune politique sur le transfert de crédits en ligne tirés de programmes dans des juridictions autres que celle où réside l’étudiant, et s’en remet aux lignes directrices du ministère pour le provincial / territorial dans lequel l’étudiant réside. Cependant, AADNC recommande que chaque Première nation consulte son ministère de l’Éducation provincial ou territorial pour déterminer l’équivalence avant d’inscrire l’élève.